Jean Peyrou et Catherine Elhordoy

jeudi 22 janvier 2015
par  GeneO

Marie-Charlotte Peyrou ne pouvait se douter qu’un jour, dans un futur lointain, une équipe de généalogistes passionnés aimant par-dessus tout passer des heures le nez dans les archives, s’intéresserait de près à l’histoire de sa vie. Elle ne se doutait pas non plus que les événements survenus au sein de sa famille auraient vertu pédagogique, permettant l’étude d’actes et la découverte de méthodes de recherches propres à la généalogie.

Un couple deux enfants

Ses parents Jean Peyrou et Catherine Elhordoy résident à Aïcirits dans la maison Salha quand Marie-Charlotte y naît un soir de mai 1881. Elle a déjà un frère, Maximien âgé de 6 ans qui lui est né à Béhasque-Lapiste en 1875, non loin de là. Le couple a eu le malheur de perdre un premier enfant, mort-né à Béhasque en 1873. C’est sans doute la proximité avec sa mère qui a déterminé Catherine à accoucher à Béhasque car ils se sont mariés à Aïcirits en avril 1872 et on aurait pu supposer que leur premier enfant naîtrait dans cette commune.
En étudiant les dates de naissance des enfants et les écarts entre celles-ci, on peut supposer que Catherine a eu des difficultés à mener une grossesse. Il est en effet assez inhabituel pour cette période d’avoir si peu d’enfants.

JPEG - 77.9 ko

Des enfants sans grands-parents

Jean Peyrou est un enfant naturel. Sa mère vit à Sauveterre-de-Béarn et y décède en mai 1866. C’est donc sans parents qu’il se marie et élève ses enfants avec sa femme qui elle perd son père assez tôt, peu avant leur mariage, en mars 1871, elle n’a alors que 34 ans. Sa mère qui vit un temps à Béhasque dans la maison Sernaits survit une dizaine d’année à son mari et décède en 1883 à Larribar-Sorhapuru. Marie-Charlotte et Maximien n’auront donc pas connu longtemps leur grand-mère.

Des prénoms et des liens

Marie-Charlotte porte le même prénom que la châtelaine Marie Antoinette Charlotte Léopoldine de Salha. Coïncidence ? On peut faire l’hypothèse que non et même pousser plus loin en supposant qu’elle fût sa marraine. Ses parents étaient employés au château, il n’était pas rare que la personnalité du village soit sollicité comme témoin, parrain ou marraine et ainsi associés aux événements importants dans la vie des habitants.
On notera également que Marie-Charlotte donne le prénom de son frère, Maximien, à l’un de ses fils.

Un cadre de vie

Le château de Salha à Aïcirits
Le château de Salha à Aïcirits

Aïcirits une commune d’adoption pour raison professionnelle puisque ni l’un ni l’autre n’en sont originaires. Jean Peyrou est né à sauveterre-de-Béarn et Catherine Elhordoy à Arbouet-Sussaute. Mais le famille de Catherine, ses parents, sa sœur y résident à différentes périodes, au gré des contrats de métayage qui leur fait prendre la gestion d’une ferme à des périodes données.
Les compétences du couple sont reconnues au sein de la famille de Salha qui les emploient tous deux dès 1872, lui en tant que jardinier, elle en tant que cuisinière. Jean-Baptiste-Prosper et Léopoldine de Salha, les deux châtelains jouissent d’une domesticité nombreuse : en plus de leur jardinier et de leur cuisinière, ils ont à leur service un cocher, un valet de charrue, une femme de chambre et une domestique. Le lieu de vie du couple Peyrou semble à priori agréable.

Une activité professionnelle

Jean Peyrou est au service de la famille de Salha en tant que jardinier dès 1861. Son métier semble le passionner et il est compétent. En témoigne la médaille d’argent qu’il reçoit en octobre 1900 à l’occasion de l’exposition d’horticulture et de viticulture de Saint-Palais. Cette manifestation organisée par la Société d’horticulture des Basses-Pyrénées fut couronnée d’un large succès et l’affluence nombreuse des deux jours marquent encore davantage l’intérêt porté aux cultures, au jardinage et aux plantations. Jean Peyrou est récompensé dans le 4ème groupe "Légumes" juste devant une autre habitante d’Aïcirits, Marie Ihitsague qui dû se contenter de la médaille de bronze.
Jean cultive les légumes, son épouse les cuisine … Une belle harmonie somme toute !

Article du journal le Patriote
Article du journal le Patriote
Le patriote n°1280 du 23 octobre 1900, consultable sur le site de Pireneas.fr
JPEG - 148.1 ko JPEG - 210.5 ko

Un niveau de vie

Un contrat de mariage est rédigé par le notaire Diriart dans son étude à Saint-Palais le 20 avril 1872, 4 jours avant leur union. Jean apporte une somme de 4000 francs et Catherine 1200 francs plus du mobilier estimé à une valeur de 300 francs. Ils se font donation réciproque d’une somme de 1500 francs dont ils auront l’usufruit au décès du premier.

Propriétaires

Les Peyrou sont recensés dès 1901 comme propriétaires de la maison Sagaspé d’Aïcirits. Ils ont donc réalisé cet achat quelques années auparavant. Il faudra chercher les documents attestant cette acquisition : les matrices cadastrales, un contrat devant notaire, des hypothèques. C’est leur fils Maximien, qui semble hériter de cette maison puisqu’il est considéré propriétaire en 1922, assujetti à la taxe foncière.

Signatures

Jean Peyrou signe tous les actes marquant les événements de sa vie mais pas son épouse qui est selon la formule consacrée dite "ne le savoir".

Signature de Jean Peyrou, 1872
Signature de Jean Peyrou, 1872
Cette signature date de 1872, il a 37 ans.
Signature de Jean Peyrou, 1873
Signature de Jean Peyrou, 1873
Il a 38 ans.
Signature de Jean Peyrou, 1881
Signature de Jean Peyrou, 1881
Il a 46 ans.
Signature de Jean Peyrou, 1905
Signature de Jean Peyrou, 1905
Il a 69 ans.

IndividuActe de naissanceActe de mariageActe de décèsAutres actes
Jean Peyrou ° 8/06/1835 à Sauveterre de Béarn
A rechercher
x 24/04/1872 à Aïcirits
Trouvé
+ après 1901
dernier domicile connu : Aïcirits
CM le 20/04/1872 à Saint-Palais devant Me Diriart
A rechercher
Catherine Elhordoy vers 1838 à Arbouet-Sussaute
A rechercher
+ après 1901
dernier domicile connu : Aïcirits
Maximien Jérôme dit Maxime Peyrou ° 30/09/1875 à Béhasque-Lapiste maison Sernaits + après 1901
dernier domicile connu : Aïcirits
Marie Charlotte Peyrou °2/05/1881 à Aïcirits
Date trouvée sur son acte de mariage
x12/01/1901 à Aïcirits avec Jean-Pierre Prébendé
Trouvé
A rechercher

Sources :
- Etat civil, Aïcirits, CG64, SdA, 5 MI 10 et 4 E 10
- Etat civil, Béhasque-Lapiste, CG64, SdA, 5 MI 106
- Etat civil, Larribar-Sorahpuru, CG64, SdA, 5 MI 319
- Etat civil, Sauveterre-de-Béarn, CG64, SdA, 5 MI 513
- Recensements, Aïcirits, CG64, SdA, E dépôt 1 F 2
- Matrices générales des contributions foncière, personnelle-mobilière et des portes et fenêtres, Aïcirits, CG64, SdA, E dépôt 1 G 2
- Archives notariales, Saint-Palais, notaire Diriart, étude I, CG64, SdA, III E 18074


Commentaires

Logo de cornu
lundi 30 mars 2015 à 13h11 - par  cornu

je l’ai trouvé dans la collection communale d’Arbouet_N_ 1807-1812_ Page N° 15 et 14 Acte N° 2_0877 et 0878.jpg

Logo de hourcade
lundi 30 mars 2015 à 11h32 - par  hourcade

acte de naissance de Marie Sallaberry le 9 février 1811 à Arbouet :
0939, 0940

Logo de cornu
lundi 30 mars 2015 à 10h38 - par  cornu

La naissance de Jacques Elhordoy est image et page N° 1088

Logo de cornu
dimanche 29 mars 2015 à 21h08 - par  cornu
Logo de cornu
mercredi 25 mars 2015 à 21h35 - par  cornu

Catherine Elhordoy, née le 13/02/1837 à dix heures du soir dans la maison Donamary. Déclaration et présentation faite en présence de Duhalde François âgé de 27 ans, laboureur et de ( Chapor) Arnaud, âgé de 57 ans, laboureur, les deux du présent lieu d’Arbouet.
Naissance : e-archives AD 64 Page N° 9 Acte N° 2 Arbouet_Registres paroisisaux et d’état civil_ Collection départemenale-N_1833-1843_5 MI 36_1

Logo de cornu
mercredi 25 mars 2015 à 21h33 - par  cornu

Jean Peyrou , 08/06/1835, Enfant Naturel. Déclaration et présentation rédigées en présence de Jeanne Mirande, femme sage domiciée en cette ville, laquelle assitée des sieurs Jean capdeboscq instituteur, âgé de 40 ans et Marie Etcheverry marchand coutelier, agé de 31 ans, les deux domiciliés en cette ville.
Naissance : e-archives AD 64 Page N° 965 Sauveterre de Béarn_ Registres paroissiaux et d’état civil_NMD_1728-1889_5 MI 513-1

Logo de cornu
mercredi 25 mars 2015 à 21h19 - par  cornu

Par contre avant Maximien il y a eu un garçon mort né à 7 heurs du matin dans la maison Carricaburu le 21/02/1875. Déclaration faite par les sieurs Peyrou Jean, âgé de 36 ans, jardinier, domicilié à Aïcirits et Lahaurine, Jean, âgé de 29 ans, instituteur, domicilié à Behasque Lapiste
Décès : e-archives AD 64 Page N° 1 et 2 Acte N° 2 Béhasque Lapiste_Registre paroissiaux et d’état civil_Collection communale_D_1873-1882_5 MI 106

Annonces

AD64 : fermetures de la salle de lecture

JPEG - 74.8 ko

Fermetures

Les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques vous informent de plusieurs fermetures exceptionnelles des salles de lectures :

  • Le jeudi 23 mars de 13h30 à 17h15 à Pau.
  • Le mardi 11 avril de 13h30 à 17h15 à Bayonne.

Exposition "Villas et jardins de la Côte basque (1900-1930)

JPEG - 6 ko
L’exposition « Villas et jardins de la Côte basque (1900-1930) », conçue en collaboration avec l’association Giltzarri, offre une découverte des demeures et de leurs jardins du début du XXe siècle. Magnifiques architectures, idéalement insérées dans le paysage de la Côte, venez les découvrir :
- a la Médiathèque de Biarritz : du 3 au 25 mars 2017
- aux Archives royales et générales de Pampelune : du 4 au 30 avril 2017