L’agent de change

lundi 2 février 2009
par  GeneO

Les réglementations concernant la profession de couratier (courtier), ancêtre de l’agent de change, datent du XIV.
Charles IX, en 1572, leur interdit de travailler en même temps pour leur compte et celui d’un tiers.
Henri IV érige la fonction en office.

En 1639, le terme de couratier disparaît, remplacé par celui d’agent de banque et de change. Les courtiers assuraient, en tant qu’experts en matière de cours, les transactions sur les marchandises dans les grandes villes : Paris, Bordeaux, Toulouse…

Avant la naissance de la Bourse, les agents travaillaient dans les tavernes, les rues, plus spécialement rue Quincampoix à Paris, sous le règne de Louis XV.

Le XVIII siècle verra le développement de Sociétés Anonymes qui organiseront le marché des valeurs mobilières, les capitaux sont représentés par des actions, des titres. Ils en obtiennent le monopole dès 1724 bien que Paris n’ait toujours pas de Bourse organisée. La réglementation interviendra après la faillite de la banque Law [1] : les agents négocient tous les matins de 10 heures à 13 heures sauf le dimanche et les jours fériés, la Bourse est interdite aux femmes et le restera jusqu’en 1967 !!!

En 1743, naissance officielle de la Bourse de Paris.

La dissolution de la corporation en 1791 et la fermeture certes de courte durée, de la Bourse en 1795 ne découragent pas les agents qui deviennent intermédiaires boursiers officiels sous l’Empire. En 1801, la Compagnie des agents de change dépendante du Trésor public détient le monopole des transactions boursières au sein de la Bourse.
En 1888, cette Compagnie instaurera le C.A.C.40 (acronyme de cotation assistée en continu).
Les banquiers spécialisés en valeurs mobilières non cotées en Bourse officient sous les arcades du Palais Royal, ils sont surnommés les « pieds humides ». Reconnus comme courtiers en valeurs mobilières, ils disparaitront en 1962 ; l’ensemble des valeurs sont confiées aux seuls agents de change.

Avant de s’installer au Palais Brongniart [2] en 1826, la Bourse a occupé l’Hôtel de Nevers, le Palais Royal, une église désaffectée, un immeuble rue Feydeau.
Dans l’enceinte de la Bourse, l’endroit réservé aux agents de change se nomme le parquet et
l’espace circulaire entouré d’une balustrade où s’installent les agents de change pour « crier » les cours, se nomme la corbeille.


[1John Law : 1671-1729, financier irlandais, fondateur en 1716 de la Banque générale puis en 1717, la Compagnie d’Occident (devenue Compagnie française des Indes). En 1720, les manœuvres des financiers provoquent l’effondrement de son système basé sur l’abondance et la circulation rapide de la monnaie.

[2Palais de la Bourse dit Palais Brongniart du nom d’un des architectes.
(Brongniart et Labarre)
Des statues colossales en pierre représentant la Justice, la Fortune, l’Abondance et la Prudence ornent les angles du soubassement.


Annonces

AD64 : fermetures de la salle de lecture

JPEG - 74.8 ko

Fermetures

Les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques vous informent de plusieurs fermetures exceptionnelles des salles de lectures :

  • Le jeudi 23 mars de 13h30 à 17h15 à Pau.
  • Le mardi 11 avril de 13h30 à 17h15 à Bayonne.

Exposition "Villas et jardins de la Côte basque (1900-1930)

JPEG - 6 ko
L’exposition « Villas et jardins de la Côte basque (1900-1930) », conçue en collaboration avec l’association Giltzarri, offre une découverte des demeures et de leurs jardins du début du XXe siècle. Magnifiques architectures, idéalement insérées dans le paysage de la Côte, venez les découvrir :
- a la Médiathèque de Biarritz : du 3 au 25 mars 2017
- aux Archives royales et générales de Pampelune : du 4 au 30 avril 2017