La lettre C

mercredi 17 décembre 2008
par  GeneO

Cadastre
Voir notre article sur le cadastre.


Cadet
A partir du XVIII siècle on désignera les plus jeunes d’une fratrie alors qu’auparavant on disait : puisné (ée), puîné (ée) e)
Jeune gentilhomme qui apprenait le métier des armes.


Caoutchoutier ou caoutchouquier
Fin XVIII siècle, apparaissent les premières applications industrielles du caoutchouc dans la fabrication de sondes chirurgicales, de gomme, et plus tard l’imperméabilité et l’étanchéité des vêtements.
La gutta-percha est une substance gommeuse extraite d’arbres de Sumatra et autres îles orientales ; elle ressemble au caoutchouc avec d’autres propriétés. Elle servait de matière isolante dans la confection des câbles électriques, était employée dans la fabrication des câbles télégraphiques sous-marins, d’instruments chirurgicaux, des rouleaux d’imprimerie…


Capsoo ou capsol ou capsou
capsoo en Béarn : somme (modique) que l’on devait payer au seigneur pour un bien vendu et qui dépendait de sa seigneurie (droit de mutation modique).


Carnaler
Équivalent à pignorer : saisir le bétail.


Cartulaire
Registre où était rassemblés les titres de propriétés d’une église ou d’un monastère voire d’une famille, et attestant les privilèges de ces communautés religieuses ou laïques.
Voir notre article sur le cartulaire.


Casuel
honoraires que percevait le prêtre à l’occasion des baptêmes, mariages, ou sépultures.
Il n’était pas toujours payé.
En 1789 son abolition fut demandée même par des prêtres.


Cens ou censive
Redevance en nature ou en argent, due au seigneur d’un fief par le possesseur d’une terre. Voir champart


Cerclier
Fabricant de cercles pour les tonneaux ; il se sert de divers bois : bouleau, châtaignier, chêne, noisetier…


Chalmandrier
Il tisse de grosses toiles rayées, en laine appelées : chalmandre.


Champart
« part du champs »,
partie de récolte que le seigneur avait le droit de prélever.
Parfois son importance est précisée : le quart ou le quint


Chasublier
Fabricant ou marchand de chasubles et d’ornementations pour l’église.
Ces chasubles sont brodées au fil d’argent ou d’or et ornées de divers matériaux que le prêtre met au dessus de l’aube et de l’étole pour dire la messe.


Charbonnier
A l’origine faiseur de charbon de bois à partir d’une meule ; on pose le bois en forme de pyramide, on le recouvre de terre et on le fait cuire à l’étouffé pendant plusieurs jours, le résultat un charbon très combustible.
Le charbon de terre a été commercialisé vers la fin du XVI siècle, au XVIII siècle, il remplace progressivement le bois dans les maisons particulières.
Le charbonnier est alors celui qui vend ou qui livre le charbon.


Charron
Métier très ancien qui combine le travail du bois et du fer pour la réalisation des essieux, des moyeux, des bandages de roues ; il fabriquait aussi les outils et des machines agricoles comme les charrues, sans oublier les charrettes, chariots, brouettes et voitures.


Chaufournier
Exploitant ou ouvrier de four à chaux qui calcinait du calcaire dans des fours à chaux pour produire le mortier (enduit composé de sable et de chaux) et la chaux qui servait à amender la terre (le chaulage).


Chiffonnier
Activité plus ou moins lucrative, certains allaient de ferme en ferme, de village en village et récupéraient des guenilles pour les papeteries, d’autres établis en ville ramassaient outre les chiffons, les papiers, les cartons, le cuir, la ferraille, etc.
Le Périquet : du gascon « perrec » : guenilles = chiffonnier
D’autres appellations anciennes synonymes :
le biffin ou bifin : (de nos jours argotique) du français ancien : biffe, qui désignait une étoffe à rayures. Pour l’anecdote, depuis la guerre de 1870, le soldat d’infanterie est surnommé biffin, par analogie à son havresac ressemblant au sac des ramasseurs de vieux chiffons.
Le drillier c’est le chiffonnier en gros (du français ancien drille, chiffon).
On appelait « maître chiffonnier » celui qui achetait aux piqueurs* et aux placiers les chiffons et autres marchandises déjà triés qui, une fois recyclés et revalorisés, seront vendus.
Le piqueur : chiffonnier qui à l’aide d’un crochet piquait et récupérait dans les tas d’ordures tout ce qu’il pouvait revendre.
Le placier : autre catégorie de chiffonnier qui assurait le nettoyage des ordures et des déchets à la place du concierge dans les immeubles.
Le loquetier (de loques, guenilles) récupérateur de vieux chiffons, assimilé au chiffonnier il vendait aussi des cheveux.
Le peiller ou peillier, peillereau, ou encore peillarot, peilloux… : les peilles étant des vieux chiffons utilisés en papeterie.
La chiffonnière est le nom de l’ouvrière papetière qui assure le triage des chiffons.


Ciseleur
Grave des métaux précieux comme l’or et l’argent, le bronze, le cuivre, les pierres précieuses, l’ivoire, les émaux…
Ce métier comprend aussi les gravures en taille-douce, la sculpture, le sertissage sur des objets en métal qu’ils soient utilitaires ou décoratifs mises en forme par l’estampeur ou le dinandier par exemple…


Cognatique
Ascendance ou descendance établie de mère en fille ou de fille en mère.


Colporteur
Tient son nom au fait qu’il portait sa marchandise sur le « col ». Le colportage était mal vu par les corporations qui craignaient la concurrence par la vente de contrefaçons ou de malfaçons.


Commissionnaire
Celui qui vend ou achète pour le compte de quelqu’un moyennant rémunération (une commission).
Commerçant agissant soit comme intermédiaire, soit pour son propre compte.
Personne chargée d’une mission pour un tiers.
Il existait des commissionnaires publics qui ne pouvaient exercer qu’avec l’autorisation du maire ou du préfet de police. Ils étaient munis d’une plaque numérotée.
Personne chargée de porter les plis d’un quartier à l’autre et d’en rapporter la réponse.


Compascuité
Voir notre article : la lettre P à Padouentage


Compoix
Registre décrivant parcelle par parcelle, les biens fonciers d’un propriétaire dans un but fiscal.
Voir notre article sur le cadastre


Conjoint adventice
Synonyme : conjoint dotal, voir adventice à la lettre A.


Confrérie de Charitons
Confrérie de charité réunissant des paroissiens, les charitons, qui s’occupe bénévolement des funérailles des vieux isolés et des indigents dans les villages. Crée lors des premières épidémies de peste, cette institution a été supprimée à la Révolution dans les grandes villes mais elle se maintint dans les campagnes. Chaque confrérie a sa bannière particulière.
Ces confréries existent surtout dans le Nord de la France, en Normandie et à Paris.
 [1]


Cordeillat
Etoffe de grosse laine.


Cordier
Fabricant et marchand de cordes de chanvre ; la chènevière est une plantation de chanvre.


Corroyeur (ou corroieur)
Ouvrier qui travaillait le cuir déjà tanné, avec de l’huile, du suif et qui donnera au cuir souplesse, grain et couleur.


Courtier
Personne commissionnée servant d’intermédiaire entre un producteur et un négociant, vendeur et acheteur. Les courtiers intervenaient sur les foires et les marchés.
Il y avait des courtiers spécialisés dans de nombreux domaines : chevaux, sel, blé, vins, chaudronnerie, draps, épicerie, mercerie, lard, pelleterie, toiles, volailles…
Synonymes : courateur – couratier – courratier - courretier
Courratier et courratière signifiait entremetteur au XVIe
Courtier de galanterie : se disait d’un proxénète
Voir aussi à la lettre A : agent de change



[1Votre Généalogie N° 39 nov. /déc. 2010