Parcours de mon ancêtre Darospide : de Bidart à Paspébiac

jeudi 28 janvier 2010
par  GeneO

La rubrique de Lucie, narrant les aventures de son ancêtre basque rencontre un vif succès ! Et pour cause ! Cette aventure généalogique a aussi le mérite de resserrer encore un peu plus les liens entre basques et québécois.

Parcours de mon ancêtre Darospide : de Bidart à Paspébiac

Par Lucie Delarosbil

Dans le livre de Paronnaud [1], deux dénommés Bertrand DARROSBIDE de Bidart vinrent pêcher en Gaspésie et à Terre-Neuve en quinze ans d’intervalle : 1750 et 1765. Une intuition me dit qu’ils furent le
même homme. Ainsi, en 1750, il aurait été mousse, dès l’âge de 16, sur la flûte l’Adour, pour la pêche en Gaspésie. Le 7 juin 1765, il fut considéré déserteur du navire Bonnaventure à Terre-Neuve, car il aurait volé, semble-t-il, la chaloupe qu’il commandait. Il avait alors 31 ans.
Dix ans plus tard, en 1775, il fut déclaré « sans nouvelles » dans sa paroisse. Il était reconnu pêcheur de morue. Ce fut à 25 ans, en 1758,
qu’il partit « au service du Roy ».

Après ce premier six ans de vide, entre 1758 et 1765, un autre vide d’une douzaine d’années s’installe dans mes recherches car la présence de Bertrand réapparaît à Paspébiac pour la première fois sur le
recensement d’août 1777. Il a 43 ans. À ce moment-là, il est marié à Marie Dunis, laquelle pouvait très bien avoir plus ou moins 20 ans. En ce jour, ils ont une fille de 5 mois, non baptisée mais prénommée
Marie. Son beau-père, le capitaine Louis Dunis, ondoie les nouveaux-nés. Il est le second époux de Marie Magdalaine Laroc, une des filles de François Laroc et de Marguerite Caplan.
Marie Dunis avait quatre soeurs, un frère et un demi-frère : Geneviève, Catherine, Madeleine, Marguerite, Léon Dunis et Jean Mallet, ce dernier étant l’enfant du premier mariage entre sa mère et François Mallet, lequel se noya à Port-Daniel en 1752.

En 1787, Bertrand possède le lot 14 sur le plan des cadastres du Banc de Paspébiac. Il a 54 ans. À cette époque, le couple compte six enfants : Marie (née le 10 mars 1777), Pierre (né le 28 mars 1779),
Geneviève (née le 5 décembre 1781), Leon Bertran (né le 13 décembre 1783), Marguerite (née entre 1784
et 1786) et Catherine (née en 1785 ou en 1786). Au cours des dix années suivantes, trois autres enfants
viennent compléter la famille : Hélaine (née le 14 août 1790), Adrien (né le 3 mars 1792) et Isabelle (née
le 25 juillet 1797).
Les actes de baptême de Marguerite et de Catherine restent introuvables, tout comme
plusieurs autres à Paspébiac qui eurent lieu en 1784, en 1785 et en 1786. Il est aussi fort possible qu’elles
aient été des jumelles. Mis à part Léon Bertran, duquel aucune autre trace que celle de son acte de
baptême n’a été trouvée, tous les enfants de Bertrand et de Marie ont été mariés et ont eu des enfants
qu’on peut compter jusqu’à près de soixante, le tiers venant de Pierre et d’Adrien. Par ailleurs, il s’avère
plausible que Leon Bertran soit décédé en bas âge.

Le 5 mai 1802, Bertrand décéda à Paspébiac sous le patronyme DAROSBILLE. Sur son acte de
sépulture, son métier est inscrit « pêcheur » et son âge « environ 60 ans ». En vérité, il avait 68 ans. Son
épouse Marie Dunis le suivit dans la mort neuf ans plus tard, le 24 novembre 1811. De son vivant,
Bertrand fut le grand-père de sept petits-enfants. Sa fille Marie, mariée à Martin Aoutséna, avait 3
enfants : Pierre, Claire et Monique. Son fils Pierre, marié à Marie Rose Duguet, avait 2 fils : Pierre et
Frédéric. Et Geneviève, mariée à Louis Huart, avait 2 enfants : Claire et Germain. Seuls ses gendres
Aoutséna et Huart, aussi pêcheurs de métier, étaient présents à sa sépulture. De plus, Bertrand fut deux
fois parrain : l’une, d’un fils de Jean Marie Duguai, en 1782, et l’autre, d’une fille de Joseph Brasseur, en
1792. Aussi, il fut témoin à deux mariages : celui de François Laroc et de Marie Morai, en 1791, et celui
d’Eustache Vicaire et de Théotis Garnier, en 1798.

Basque de Bidart, Bertrand Darospide a vécu le restant de sa vie à Paspébiac pendant plus de 25 ans.


[1PARONNAUD, Jean-Claude, Basques et Gascons en Amérique Septentrionale aux XVIIe et XVIIIe siècles.


Annonces

Exposition "Villas et jardins de la Côte basque (1900-1930)

JPEG - 6 ko
L’exposition « Villas et jardins de la Côte basque (1900-1930) », conçue en collaboration avec l’association Giltzarri, offre une découverte des demeures et de leurs jardins du début du XXe siècle. Magnifiques architectures, idéalement insérées dans le paysage de la Côte, venez les découvrir :
- aux Archives royales et générales de Pampelune : du 4 au 30 avril 2017